jeûne thérapeutique, approche thérapeutique cancers, starvation-dependant differential stress resistance
LE JEÛNE THÉRAPEUTIQUE MÉDICALISÉ Frédéric HÉBRAUD
           LE JEÛNE THÉRAPEUTIQUE MÉDICALISÉ                                                                                                                                          Frédéric HÉBRAUD

Le jeûne dans la nature est très courant.

 

Il est d'abord subit pendant les périodes où la nourriture est plus rare. Les félins et les canidés sauvages ne mangent pas forcément tous les jours. Ils s'accommodent très bien à cette situation et repartent à la chasse avec entrain après plusieurs jours de jeûne.

 

Il peut être associé à de longue période de repos comme l'hibernation ou l'estivation, où il représente une adaptation à la survie pendant la saison où la nourriture est très peu abondante et les conditions climatiques défavorables en termes énergétiques.

 

L'ours, par exemple peut passer de 3 à 4 mois blottit dans sa tanière, la femelle allaitant ses oursons en utilisant ses réserves graisseuses pendant les deux derniers mois d'hibernation. La marmotte, le hérisson, les serpents et bon nombres d'animaux utilisent cette stratégie pour survivre à la mauvaise saison.

Le jeûne peut aussi être beaucoup plus "actif":

 

Les oiseaux migrateurs accumulent en quantité des réserves graisseuses dans leur foie qui leur permettront de voyager sur de très longues distances. Cette adaptation était bien connue des égyptiens qui ont été les premiers amateurs de foie gras d'oie.

Les saumons s'arrêtent de manger dès qu'ils quittent la mer pour remonter les fleuves. Ils vont déployer une énergie considérable pour trouver leur route et vaincre les multiples embûches contre des courants parfois violents. Il devra, arrivée sur le lieu du frai, libérer sa semence.

Le jeûne et la maladie sont intimement liés chez les animaux sauvages. Un animal blessé ou malade, va s'isoler et se cacher dans un endroit où il pourra soigner sa maladie sans s'alimenter. Ceci lui permet de ne pas mettre en danger son troupeau ou sa meute, et de se protéger de ses prédateurs.

 

Ce comportement ancré dans le patrimoine génétique de tous les animaux, est observable chez le chat mais aussi chez l'enfant: un chat malade s'arrête de manger et va se cacher; l'enfant qui a de la fièvre va refuser de s'alimenter.

 

Dans nos appartements il est facile de retrouver le chat et le conduire chez son vétérinaire (ou lui demander de venir l'examiner sur place !), mais à la campagne il est fréquent de voir réapparaitre un chat après plusieurs jours d'absence, affaibli mais bien vivant; tous n'ont malheureusement pas cette chance là, le jeûne ne pouvant pas tout soigner.

 

Devant un enfant fiévreux qui refuse de s'alimenter, le réflexe naturel est de le convaincre à manger quelque chose: il va vous écouter, ou vous obéir, et quelques instants après il va vomir, son organisme refusant la nourriture que vous lui avez si gentiment donnée. Un simple bouillon aurait certainement été plus adapté.

Le chat et l'enfant obéissent à ses comportements réflexes ancestraux et font confiance à leurs organismes pour les aider à guérir.

 

3 milliards d'années d'évolution ont donné aux animaux, et donc aussi à l'Homme, des mécanismes d'adaptation pour lutter contre toute sorte d'agressions extérieures. Le jeûne est l'un de ces mécanismes. Il a été utilisé par l'Homme pour survivre depuis que l'Homme existe et aussi actuellement, malheureusement, dans les pays sous-développés par nécessité.

 

Depuis une cinquantaine d'année, en France, dans notre société de consommation et d'abondance, le jeûne a totalement disparu de la panoplie thérapeutique. Il est vrai qu'avoir recours au jeûne nécessite une démarche volontariste et une grande volonté, alors que le recours passif au tout médicament est tellement plus simple. Pourtant le jeûne nous donne l'opportunité de prendre en charge notre propre santé et d'être, en cas de maladie, les acteurs de notre guérison.

 

Quelles sont les pathologies pour lesquelles le jeûne est indiqué chez le chien et le chat?

 

Tout comme chez l'homme, l'obésité serait la première indication. Le jeûne donne de très bon résultats chez le chat. Pour le chien, les propriétaires ont un petit peu de mal les 3 premiers jours...

 

On note de très bonnes améliorations sur certaines maladies dermatologiques, surtout si l'origine est une allergie alimentaire: le jeûne est la meilleure méthode d'éviction.

 

Sur l'arthrose, le jeune peut être efficace, surtout si l'obésité est un facteur aggravant.

 

Pour les troubles du comportement, le jeûne a indéniablement des effets très positifs sur certaines pathologies: l'anxiété, la dépression, éventuellement sur certaines phobies.

 

C'est certainement en complément de la chimiothérapie que les perspectives sont le plus encourageantes.

 

Il faut noter que le jeûne ne peut pas être effectué par un animal en croissance.

 

Le jeûne en pratique chez le chien et le chat.

 

Le chien est très attaché à son maître et à la famille avec laquelle il vit. Le chat, lui, est très perturbé dès qu'il doit quitter son territoire.

 

Pour l'Homme, les cures de jeûne médicalisées se font essentiellement dans des centres spécialisés, non pas qu'elles ne pourraient pas se faire au domicile des patients, mais l'effet de groupe a un effet très positif sur leur motivation!

 

Pour les chiens et les chats le jeûne se fera idéalement à leur domicile. Inutile de préciser, que dans cette configuration, le facteur limitant au succès de cette thérapeutique est le propriétaire de l'animal... Un simple regard risque d'anéantir tout un programme au bout de seulement de 8 heures de privation de nourriture!

 

Les deux premiers jours peuvent éventuellement être difficile, surtout si, habituellement, votre compagnon est légèrement porté sur la gamelle.

 

Il peut vous mener une vie "délicate" pendant 2 ou 3 jours (mais parfois moins), le temps que la leptine, l'hormone de la satiété, soit sécrétée.

 

Ensuite il deviendra plus enjoué et vous serez surpris de son comportement, surtout si d'habitude il est un peu "paresseux".

 

Avant le début du jeûne un examen clinique complet est effectué pour déceler toute contre indication éventuelle: bilan cardiaque, analyses sanguines, examen dermatologique. Ces examens peuvent être effectués à votre domicile ou en clinique.

 

Par la suite, vous pourrez effectuer le contrôle biologique du jeûne à votre domicile très facilement.

 

Si nécessaire des prélèvements sanguins pourront être effectués pour vérifier l'évolution de certains paramètres.

 

Les progrès de la technologie numérique permettent également d'avoir recours ponctuellement à des outils de visioconférence (SKYPE par exemple) pour vérifier le bon déroulement du jeûne.

 

A la fin du jeûne, un bilan complet est réalisé pour valider les améliorations apportées.

 

Une transition alimentaire de quelques jours devra être respectée et en fonction des pathologies initiales, une alimentation spécifique sera proposée.



Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© HEBRAUD FREDERIC